La place de la religion

 

 

En effet le droit à l’avortement est remis en cause notamment par la religion et ces idéaux. Selon un point de vue global des religions le corps de la femme est fécond et sa fécondité ne doit pas être entravée. Malgré le fait que l’avortement est un sujet de moins en moins tabou, il reste cependant pour tout les religieux un acte « infâme » car pour eux c’est un « pur et simple assassinat ». Nous pourrons ainsi voir les différents points de vue des religions.

Dans la religion catholique, le Vatican a toujours été contre la légalisation de l’avortement. Pape après Pape, le discours reste le même car selon eux l’avortement consisterait à tuer un enfant. Il ne se limiterait, ni plus ni moins, qu’à un meurtre commis dans la plus grande illégalité religieuse et morale. C’est ainsi que durant la visite de benoit XVI au Brésil en 2007  qu’il déclara soutenir la décision de l’Eglise catholique mexicaine qui menaçait d’excommunier des députés de gauche qui en avril, ont voté en faveur de la légalisation de l’avortement au Mexique.

 

Dans la religion musulmane l’avortement est strictement interdit, une grande importance est consacrée à l’embryon, il est considéré comme un être vivant, en effet c’est a partir de la fécondation, qu’il y a vie. Cependant des mesures ont été prises afin que l’avortement soit toléré lorsque la vie de la mère est en danger ou lorsqu’un viol a été commis, dans certains pays comme les pays du Maghreb ou en Arabie saoudite. Malgré cela y avoir recours peut être très mal vu par la communauté et même si les centres médicaux sont tenus de les pratiquer, certains médecins  et certains centres médicaux le refusent encore. Dans cette religion, au bout du quatrième mois le fœtus est considéré comme un être vivant. On peut donc constaté que même si les choses ont évoluées l’avortement passé ce délai est considéré comme un infanticide

 

Dans le judaïsme, il existe un désaccord pour savoir si l’interdiction concernant l’avortement est biblique ou rabbinique. Dans les principes de base du judaïsme le fœtus est considéré comme un être vivant à part entière, par conséquent l’avortement est perçu comme un infanticide. Néanmoins, il est aujourd’hui toléré ; l’avortement est autorisé seulement avant le quarantième jour en cas de danger pour la mère ou en cas de risque de déformation du fœtus.

Le bouddhisme condamne également l’avortement car il considère que la vie humaine commence dès la conception donc tuer un fœtus revient à tuer un être humain.

 

Le protestantisme ne réprime pas l’avortement dans le cas où le fœtus est dans danger. Mais il considère que ce n’est pas un moyen de se débarrasser de ses  problèmes.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×